Covid-19 : Tout ce que l’on sait sur le variant Delta

23.09.2021

L’apparition du variant Delta (B.1.617.2) a indéniablement marqué un tournant dans la gestion de l’épidémie. Plus transmissible, il représentait, entre le 9 et le 22 août 2021, 99,4% des échantillons séquencés en Belgique (Sciensano).

Les symptômes

Les symptômes de la Covid-19 semblent toujours être les mêmes depuis le début de la pandémie. La définition de cas est toujours la suivante selon Sciensano (septembre 2020) : 

Covid-19:définition de cas

À noter que les symptômes digestifs sont présents dans la définition de cas depuis le début de la pandémie. Sur ce lien, vous verrez aussi que le BMJ a recensé les symptômes des plus aux moins fréquents, chiffres à l’appui. 

L’analyse des données de l’application Covid Symptom Study, menée par des chercheurs du King’s College de Londres et de la société ZOE spécialisée dans les technologies de la santé, révèle qu’il existe six “types” distincts de Covid-19, chacun se distinguant par un ensemble particulier de symptômes. En outre, l’équipe a constaté que ces types différaient par la gravité de la maladie et la nécessité d’une assistance respiratoire pendant l’hospitalisation. (ZOE Covid study)

Covid-19 symptômes

Le vaccin protège aussi contre le variant Delta

La presse s’est fait le relais d’une étude des Centres de lutte et de prévention des maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique américaine. Elle concluait que l’efficacité des vaccins Pfizer et Moderna était passée de 91% à 66% contre les formes symptomatiques du variant Delta. Ces chiffres peuvent interpeller, mais attention de ne pas céder à la conclusion qui prétendrait que la vaccination n’est plus efficace. Deux choses importantes sont à garder à l’esprit face à ces chiffres : 

  • La réduction durable de deux tiers du risque d’infection souligne l’importance et les avantages continus de la vaccination contre la Covid-19.
  • L’objectif principal de la vaccination est de protéger la population contre les formes graves et les hospitalisations et d’éviter une saturation des hôpitaux. Que des personnes vaccinées puissent faire une forme légère de la maladie (infection virale des voies respiratoire supérieure) ne pose pas de vrai problème de santé publique (et individuelle) et ne doit pas être interprété comme un échec du vaccin.

Sur ce dernier point, une étude de cohorte rétrospective de l’ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control) menée aux États-Unis (de janvier à juillet) souligne l’efficacité vaccinale élevée des deux vaccins contre les hospitalisations : Spikevax (Moderna) 91,6% (IC 95% : 81-97) et Comirnaty (Pfizer) 85% (IC 95% : 73-93). En outre, au cours de la période du 3 mai au 25 juillet 2021, l’efficacité du vaccin contre les hospitalisations est restée assez stable, allant de 91,9 % à 95,3 %. Une étude de l’Université de Californie (UCDavis Health) explique également que le variant Delta affecte davantage les personnes non vaccinées et que si une infection survient après qu’une personne a été entièrement vaccinée, la maladie n’est généralement pas grave. 

Chez nous, on peut souligner les performances toujours bien réelles du vaccin contre les hospitalisations et les formes graves : depuis janvier, seules 2,1% des personnes hospitalisées à cause de la Covid-19 avaient reçu leurs deux doses (Sciensano). À noter que ce chiffre est calculé sur une période assez longue durant laquelle l’influence du variant Delta n’a pas toujours été la même. L’évolution des courbes d’incidence (voir ci-dessous) permet d’avoir une meilleure vue de la situation en temps réel.