Le New Deal et les différents modes de financements, de rémunérations et de pratiques des médecins généralistes

L’expérience actuelle du New Deal nous montre que les médecins généralistes sont peu informés de la manière dont sont organisées et financées les pratiques de médecine générale. L’impression étant qu’il n’existe que deux modèles opposés : l’acte soliste, en réseau, en groupe et la pratique forfaitaire multidisciplinaire dans laquelle les médecins généralistes seraient salariés.

Dans ce contexte, il semble intéressant de revoir la diversité de ce qui existe en rappelant bien les différentes sources de financements de la médecine générale, les modalités de pratiques qui s’organisent et la manière dont les médecins généralistes sont rémunérés. Les choix sont souvent faits en fonction du mode de financement, alors que les médecins généralistes pourraient inverser la réflexion et choisir le mode de financement qui répondrait le mieux à leurs valeurs.

Dans un contexte de pénurie de soignants, il est aussi important d’améliorer la collaboration au sein de la première ligne entre les différentes professions médicales et paramédicales pour assurer les meilleurs soins par le prestataire le plus adéquat, en répondant au « quintuple aim » (efficience, qualité et équité des soins, satisfaction des patients et des professionnels).

Intervenant·es

  • Anne Gillet (CMG) - présidente du Collège de Médecine Générale
  • Véronique Letocart (UCLouvain)